• Loïc Kabamba

CANELO, SAUL ‘DA STAR'

Dernière mise à jour : 11 mai 2021

Canelo n'est désormais plus "l'underdog" tenu en laisse par un Mayweather, certes vieillissant, mais au sommet de son art. Ses récents combats lui ont permis d’entrer un peu plus dans la légende qu'il s’est forgé à la force de ses mains. Et pourtant rien n’était gagné d'avance pour celui que l'on considère comme l’homme en forme du moment.


Harcelé dès son plus jeune âge en raison de sa couleur de cheveux dans son Mexique natal, cadet d’une fratrie de huit enfants, Saul développe très jeune un vif intérêt pour le noble art. S'ensuit une brève carrière chez les amateurs, qui lui vaut d’être couronné champion du Mexique à seulement 15 ans. Mais soyons honnêtes, malgré des victoires franches contre des compatriotes, c'est le combat contre Floyd qui permettra à Saul d’être oint par le public à l’échelle internationale. Le match ne tint pas toutes ses promesses tant il semblait être à sens unique, mais il lui permettra alors d’être connu comme étant une victime de plus de Money Mayweather dans un prestigieux palmarès déjà vierge de toute défaite. Avant sa victoire expéditive contre notre cher Khan du haut de ses 155 livres par un solide direct du droit en pleine face, Canelo était connu que par les fervents amateurs du noble art, pas le grand public. ​ Un management hors norme qui lui permet de combattre les meilleurs. Alvarez bat ensuite aux points un grand nom de la boxe, Chavez fils, qui n'a pas le QI et le génie de son père, peinant à se faire une réputation en dépit d'une vaillance incontestable. C'est sa double confrontation contre Triple G qui permettent au boxeur mexicain d’asseoir encore plus, sur un coin du ring, son autorité dans la discipline. Les avis sont tronqués et partagés, mais selon moi le boxeur remporte les 2 combats. Techniquement supérieur et bien plus puissant, Canelo a malmené le chouchou des médias avec aplomb. Toujours est-il que l'image du boxeur bien travaillée par l’écurie de De La Hoya, Golden Promotions, a été un atout non négligeable. ​ « I want your Saul », Canelo en veritable maestro pound for pound. Bien que peu éloquent et à l'aise dans la langue du Marquis de Queensberry, son calme relatif, son élégance vestimentaire et son image de gendre idéal, membre d'une fratrie de boxeurs, et ses récentes victoires font de Saul ‘Da Star' de l’anglaise. Le combattant est impressionnant tant par sa maîtrise que par sa puissance, son solide menton, sa défense imparable et ses capacités de récupération. Et ce n’est pas son dernier combat remporté d'une main de maître contre le très grand Callum qui nous fera dire le contraire. Saul a appris de son Goliath en la personne de Floyd, responsable de son unique défaite à ce jour. Il a ajouté des cailloux à son lance pierre pour viser les sommets avec le succès qu'on lui connaît et a gravé son nom dans la roche.

12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout